Près d’un an après l’arrivée de la pandémie de Covid-19 en France, le secteur de la culture est au plus mal. Cinémas, musées, théâtres, salles de concerts et festivals sont fermés au public, ne faisant qu’accroître la crise économique pour tous les acteurs culturels.
Après les rassemblements du 15 décembre 2020 ayant réuni des milliers de personnes contre la fermeture prolongée de ces lieux soit-disants “non essentiels”, les acteurs du monde de la culture appelaient à une manifestation à Paris et dans plusieurs villes de France ce samedi 16 janvier 2020, afin de lutter contre les lois liberticides comme la Loi Sécurité Globale et “d’entamer un processus de réflexion sur l’état de la culture, des libertés et à penser ensemble l’avenir de notre démocratie.” (Communiqué de Culture 4 Liberty)
Face au sentiment d’injustice à la vue des métros bondés et des foules dans les centres commerciaux lorsque les lieux culturels restent fermés, les acteurs de la culture ne sentent délaissés, considérés comme non essentiels aux yeux d’un gouvernement qui semble privilégier uniquement la société de consommation.
“Nous, professionnel.le.s de la culture, demandons la réouverture immédiate des lieux culturels ! Nous sommes des éléments fondamentaux d’écosystèmes territoriaux qui vivent grâce à l’activité que nous créons. Notre secteur, qui représente 2,5% du PIB français et environ un million d’emplois directs et indirects, est aujourd’hui à l’arrêt. Les travailleur.euse.s de la culture vivent dans une incertitude insoutenable, suspendu.e.s à l’annonce d’une décision de réouverture repoussée à des dates hypothétiques. Beaucoup d’artistes, d’auteur.trice.s et d’acteur.trice.s du secteur sans statut ne reçoivent pas d’aide et nombre d’entre eux.elles sans revenus depuis plusieurs mois se trouvent aux portes de la pauvreté ! La perte économique pour l’ensemble des festivals annulés s’estime entre 4 et 5 milliards d’euros et dans notre secteur composé à 80% d’indépendant.e.s, plus de la moitié des acteur.trice.s de la culture risquent la faillite !” (Communiqué de Culture 4 Liberty)
Organisée par près de 45 collectifs dont Cerveaux Non Disponibles, La Horde et Union des collectifs festifs LGBTQ+, la manifestation citoyenne Culture 4 Liberty s’est déroulée à Paris samedi 16 janvier dans le calme et sous la neige. Malheureusement, la marche revendicative s’est trouvée réprimée dès son commencement par la Préfecture de Paris et rebaptisée de “rave party illégale” par le Ministre de l’intérieur Gérard Darmanin.
A la vue des chars bloqués Avenue Daumesnil et des conditions météorologiques intenses, de nombreux manifestants ont choisi de rester chez eux. Pour autant, des centaines de personnes ont bravé la neige et la pluie pour faire part de leur mécontentement dans la rue. Culture 4 Liberty s’est avérée festive, enjouée et puissante. Les différents collectifs ont exprimé leurs craintes et leur colère, et les manifestants ont chanté et dansé à côté de dizaines de policiers les uns derrière les autres, dépassés par les événements et un peu sur les nerfs.
J’y étais aussi, entre les flaques de neige fondue et les rangées de forces de l’ordre, pour couvrir cette manifestation pour Première Pluie.

You may also like

Back to Top