17 mars 2017

Buvons au temps qui passe et aux filles qui attendent l’homme qui fera chavirer leur coeur. L’homme à la mer, Monsieur Baudelaire et cette mer qui déborde.

Les vagues pleines de larmes s’entrechoquent au quatrième étage d’un immeuble trop agité en cette journée d’été.

C’est du moins ce que les gens disent quand ils rencontrent un peu de soleil. Moi, il me manque. Alors je continue à le regarder de ma fenêtre, jusqu’à ce qu’il descende derrière sa colline. Quand il sera fatigué, j’irais le border.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s